Login

Register

Login

Register

Je t’habille, moi non plus. En transparence. De folie. Avec assurance, douceur. Taille cintrée. Tout en rondeurs. Les manches carrées. Un rien « bonhomme ». Juste polissonne. Dentelles fragiles. Cols imposants. Un soupçon échancré. Protégée d’un plastron. Les épaules hautes, l’une dénudée. Chaque jour, en soirée. Sensible. Si forte.

Belle de paradoxes, cousue de matières nobles, la femme, Yohann Fayolle assume en monochrome ses asymétries, le charisme insolite de ses coupes. Sa féminité ? C’est être soi. Sous tous ses revers : chic, charnelle, impromptue, active, impertinente, gracieuse, provocante… Qu’importe ! Quand elle retourne ses manteaux en cachemire, ils sont tous doublés de soie. Son élégance ose, séduit l’émotion où elle ne s’y attend pas. Au détail délicat d’un bouton, dans la finition secrète d’un biais : le précieux ne laisse rien au hasard pour faire rimer l’humeur avec ces secondes peaux. 

Mystère de femme que signe la prestance d’une étoffe unique, dans son époque.

Initiales YF.